Moyens humains

Construire un projet de tour du monde est un travail de longue haleine ! Nous avons heureusement pu compter sur nos proches et sur de belles rencontres pour nous accompagner et nous conseiller.

Le salon du tourisme tenu à Rennes en début d’année nous a permis de rencontrer :

  • L’association DEPARTS (Développer les Echanges et les Projets d’Actions Rurales par le Tourisme Solidaire), nous a transmis le contact d’un breton vivant au Chili et qui serait prêt à nous accueillir.

  • L’association Aventure du Bout du Monde, ABM qui propose à ses adhérents des séances de montages photos et vidéos, des soirées projections et échanges sur les voyages nous a bien conseillé. Un exemplaire de la revue Globe-trotters nous a été offert. Peut-être que certains de nos articles y seront publiés.

Nous avons pris contact avec Christophe LEBEL, chargé de la communication à Agronomes et Vétérinaires sans Frontières, AVSF. Nous allons pouvoir nous mettre en relation avec les coordinateurs de certains pays de notre itinéraire.

Une fois notre ligne directrice de voyage construite, nous nous sommes documentés sur la méthodologie de projet et avons reçu l’aide d’Aurélie Macé du CRIJ Bretagne, Centre Régional Information Jeunesse.

Nous avons pris contact avec le service jeunesse de notre commune du Rheu, Le Quai. Cécilia Malet, animatrice de la Fédération Léo Lagrange, nous a aidé à formaliser notre projet.

Nous avons rencontré Léna Rouillé du Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les Peuples, CRIDEV, qui nous a mis en contact avec des voyageurs et associations. Elle nous a présenté la diversité des ressources bibliographiques du centre . Nous avons aussi suivi la formation « Partir », animée par Mickaël Bodergat du CRIDEV, en partenariat avec JTM (Jeunes à Travers le Monde) et le CRIJ.

Ces rencontres nous ont permis de mieux nous identifier dans un projet de solidarité internationale. Les notions d’entraide et de partage se rattachent à chaque étape de notre tour du monde, en traversent les cultures et les frontières. A notre manière, nous devenons acteurs en nous ouvrant à d’autres modes de vie. Les thématiques centrales de notre projet que sont l’agriculture et l’alimentation nous concernent tous. Savoir que la majorité des habitants qui souffrent de la faim sont des ruraux vivant de l’agriculture et de l’élevage nous amène à nous poser des questions. Nous n’avons pas la prétention d’y répondre mais espérons que l’éclairage de certaines pratiques et traditions apporteront des pistes de réflexions pour mieux agir demain.

Prendre conscience de la richesse des cultures qui nous entourent nous a aussi amené à appréhender la dimension de choc culturel. Nous allons mettre à profit le temps qu’il nous reste avant le départ pour nous documenter sur les pays dans lesquels nous nous rendons. L’empathie et l’ouverture d’esprit sont aussi des moyens de communication interculturelle. Mais peut-on vraiment nous préparer à des sentiments comme la frustration, l’anxiété, la colère ou simplement le fait de se sentir étranger ? S’adapter et communiquer avec les populations locales seront parfois des défis à relever. Ce sont toutefois dans ces moments d’instabilité, où l’on attend tout et rien à la fois, qu’ont lieu les plus grandes révélations du voyage.

Publié le
  • Osaka : la ville des découvertes culinaires !

    Si l'on demande à un japonais où se rendre pour tester la cuisine du pays, il nous répondra sans aucun doute à Osaka ! Nous sommes donc partis découvrir cette ville étonnante !

    Publié le
  • Décollage imminent ...

    Qui dit Tour du monde dit très souvent avion. Le planning des vols, le choix des compagnies et les achats des billets peuvent vite devenir un casse-tête. Billets TDM, passage par une agence de voyage spécialisée, mode débrouille ? Cet article vous informe sur les solutions possibles.

    Publié le