Manger à la thai

Rien de tel que de bons plats thais pour prendre des forces avant d'aller travailler sur la ferme ! La préparation des repas et leurs dégustations sont des moments que l'on affectionne tout particulièrement ! Nous avons beaucoup à apprendre car leurs pratiques sont très éloignées des nôtres.

La cuisine est assez rudimentaire ! Pas de plan de travail, de fours, de micro ondes. La découpe des légumes se fait à même le sol sur une grande planche en bois. Les ingrédients sont apportés au fur et a mesure dans de grandes casseroles avec le plus souvent de l'huile ou du bouillon. Ils peuvent au préalable être mixés dans un mortier en bois.

Le porc et le poulet sont principalement utilisés dans les repas, mais en campagne, les plats sont le plus souvent végétariens. A moins d'être frit, le poulet peut être cuit entier (avec les pattes et la tête) et non vidé dans de l'eau. Le bouillon sera alors conservé, agrémenté de sauces et d'herbes pour être proposé en soupe lors du même repas ! En ce qui concerne les produits de la mer, nous avons rencontré de grands poissons plats de rivière et des anguilles. Le plus consommé reste le poisson-chat.

Découpe du poulet

Les assaisonnements des plats sont assez complexes ! Ils peuvent comprendre du nuoc mam, de la sauce d’huître, de la sauce soja, du lait de coco, du sel, du sucre, du piment et du curry, sans oublier la quantité étonnante d'herbes en tout genre.

Les légumes sont très différents de ceux que l'on peut rencontrer chez nous. Ils disposent de petites courgettes, de grandes aubergines vertes et de nombreux végétaux se rapprochant des épinards. Ils sont cuits dans de l'huile et un peu d'eau avec de l'ail et des oignons. Les aubergines peuvent parfois être cuites au barbecue. Il suffit ensuite de retirer la peau grillée et de les déguster tel quel. Un régal ! Notons que les fruits et légumes sont essentiellement produits pour le marché intérieur du pays. La Thaïlande est le premier producteur d'ananas et le troisième de mangues.

Deuxième repas

Malgré une consommation interne des denrées alimentaires produites, l'agriculture s'oriente de manière très forte vers l'exportation et le secteur agro-alimentaire est en pleine croissance. La Thaïlande pourrait devenir la "cuisine du monde" dans les prochaines années.

La constante dans tous nos repas dégustés à la ferme est le sticky rice, ou riz collant. Du riz est cuit au bain-marie dans une corbeille en bambou. Il est ensuite agglutiné avec un peu d'eau et conservé plusieurs jours dans un filet en tissu placé dans une corbeille en bambou fermé. Le riz peut être blanc ou mélangé à du riz complet noir.

Préparation du sticky rice

La culture de riz est la production végétale dominante du pays. Elle occupe près de 60 % des surfaces agricoles du pays. Les rendements rizicoles thaïlandais sont assez faibles et s'expliquent par le choix de variétés aromatiques aux rendements moindres.

Premier repas

Pour déguster un repas "à la thaï", il faut disposer un grand tapis sur le sol et y placer tous les plats cuisinés. Nous mangeons assis en tailleur. Nous pouvons utiliser une assiette et des couverts (grande cuillère et fourchette) mais si l'on souhaite suivre la tradition jusqu'au bout, il faut piocher dans tous les plats en faisant de petites boules de riz collant entre ses doigts. L'ensemble des plats est donc dégusté en même temps et il n'y a pas de dessert en soi, si ce n'est parfois quelques fruits.

Repas au sol

A notre arrivée sur la ferme, avant de nous lancer dans la préparation du dîner, l'ancien moine du village qui est à présent professeur est venu nous saluer et a béni le plat que nous allions faire. Nous avons eu l'exclusivité de participer à une cérémonie au cours de laquelle le moine a chassé la mauvaise chance pour nous apporter de la bonne chance en nous liant une ficelles de laine autour de chaque poignet. Nous avons appris par la suite que nos 32 âmes étaient bénies, dont la plus importante se trouve dans l'estomac ! Voilà un moment assez solennel que nous ne sommes pas prêts d'oublier !

Le prêtre

La cérémonie

Publié le