De l'agriculture biologique en milieu urbain avec M. Katayanagi

A environ une heure au Sud de Tokyo se situent les parcelles agricoles de M. Katayanagi, un agriculteur biologique soucieux de créer du lien avec les consommateurs. Cet homme charismatique nous a accueilli sur le lieu de vente des paniers de légumes et nous a fait visiter son site de production. Une belle rencontre sur les plans agricoles et sociaux !

M. Katayanagi a commencé à produire des patates douces sur une toute petite surface en 2003, s'intéressant depuis plusieurs années à l'agriculture biologique. Il était auparavant artisan et avait travaillé dans les rizières. Suite à une importante réaction allergique à un produit chimique employé dans les cultures de riz, il s'est penché sur le bio. Il a par la suite réussi à louer plus de terres autour de la ville et cultive à présent des fruits et légumes sur 1,28 ha et du blé sur 0,4 ha. Les gens le surnomment "l'agriculteur aux champs aux couleurs de l'arc-en-ciel" car toutes les productions végétales sont mêlées et complémentaires ! Il fait partie des fermes de taille moyenne au Japon et dispose d'un parcellaire très éclaté.

Monsieur Katayanagi

Ce paysan affiche fièrement son Label bio et sa ferme est reconnue en tant que ferme écologique par le gouvernement. Il livre ses paniers à 80 foyers chaque semaine proches du site de production (son objectif est de livrer ses produits à 100 foyers). La réception des paniers a lieu trois fois par semaine et les consommateurs se sont organisés de manière à apporter leur aide dans le tri et le nettoyage des légumes, ainsi que dans la confection des paniers. Les personnes qui ne peuvent pas aider sur la ferme ont pour mission de rédiger des recettes pour valoriser les produits de la ferme. 2 employés à plein temps assurent les travaux des champs et 3 employés à mi-temps se chargent des livraisons et des aspects administratifs.

La préparation des paniers de légumes

Vente des paniers de légumes

Lors de notre visite, le panier de la semaine comprenait : 750 g de carottes, une botte de gros radis rouges, 1 daikon, 9 fukis (un légume feuille), 3 oignons, des asperges et 400 g d'un autre légume-feuille inconnu ... Du gingembre, du sel, de la sauce soja et des œufs produits sur d'autres fermes bios sont ajoutés au panier. Il est vendu environ 20 euros.

Des radis

Des carottes

M. Katayanagi a relevé son défi de recréer du lien entre les consommateurs et les producteurs. En fait, sa production dont il est le plus fier n'est pas agricole mais sociale ! Il souhaite aller plus loin en créant un éco-village à Nagano. Il nous précise que le choix de trouver des terres dans ce secteur est dicté par la présence ou non de radioactivité suite à l'accident de Fukushima. Il souhaite aussi mettre en place un petit restaurant sur le lieu de vente des paniers. Face au vieillissement de la population au Japon, il s'est aperçu que des personnes âgées ne pouvaient plus consommer un panier complet par semaine. Pour ne pas exclure ces personnes de sa communauté, il envisage de proposer des repas à la ferme et de laisser la possibilité aux gens d'aider en cuisine ou lors du service. Autant dire que c'est une idée que l'on partage complètement ! Et c'est autour d'un bon repas que nous avons poursuivi les échanges avec lui.

Un repas à la ferme

Mon assiette à la ferme

Publié le