Cueillette de feijoas près d'Hastings

Nous poursuivons notre route en terres néo-zélandaises. Nous passons une semaine chez une propriétaire d'une ferme biologique de 680 acres, soit 270 hectares ! Le paysage entourant la propriété est magnifique et nous pouvons distinguer le Mont Te Mata chaque matin au réveil depuis la bergerie où nous vivons avec les autres volontaires. Une expérience que l'on n'est pas prêt d'oublier !

Mont te mata

Le parcellaire de la ferme est découpé comme suit :

  • 500 acres sont consacrés aux pâtures pour l'élevage de moutons et de bœufs.
  • 130 acres sont placés en terres préservées
  • 50 acres sont exploités en vergers de feijoas et pour la production de truffes.

Nous travaillons chaque matin dans les vergers. Nous secouons les arbres de feijoas pour en faire tomber les fruits que nous ramassons ensuite. Plus de 7 000 arbres ont été plantés. Autant dire qu'il y a du travail. Heureusement pour nos dos et nos genoux, c'est la fin de la saison et nous partageons les travaux avec les fermiers voisins qui élèvent des poulets.

Verger de feijoas

Les feijoas sont de petits fruits verts qui ressemblent à des kiwis avec une écorce similaire à celle d'un agrume. Nous les avons découvert ici pour la première fois. Ce sont des fruits délicieux, légèrement acidulés et apparemment très riches en vitamines B et C. De quoi garder la pêche ! Chaque année, la propriétaire récolte près de 40 tonnes de fruits qui sont ensuite vendus à une fabrique qui assure la transformation des fruits en jus, smoothies et boissons pétillantes.

Feijoa dans l’assiette

Les feijoas sont des arbustes au port buissonnant pouvant atteindre quelques mètres de haut. La floraison a lieu en juin et juillet et la fructification a lieu sur les nouveaux rameaux de l'année si l'arbuste dispose de suffisamment de lumière et de chaleur. C'est une espèce qui craint le vent mais assez rustique et pouvant vivre plus de 60 ans.

Feijoa dans un arbre

Les fruits matures sont ceux tombés au sol. La maturité n'est visible qu'en ouvrant le fruit et en notant une masse centrale gélatineuse et translucide. La durée de conservation de ces fruits est assez faible. Ce qui pourrait expliquer leur faible succès en dehors de zones de production.

Publié le