Découverte des marchés et de la street food à Ho Chi Minh

Début février, nouveau mois, nouveau pays ! Nous voilà plongés en plein cœur de la ville d’Ho Chi Minh. Cela nous semble plus calme après Calcutta, et pourtant, les immenses boulevards sont remplis de motos et scooters.
Nous parcourons la ville dans tous les sens pendant nos deux premiers jours. La ville est moderne et ses rues construisent un quadrillage très régulier. Tout le monde se déplace avec un véhicule à moteur et il est très difficile de marcher. D’autant plus qu’il fait très chaud.
Il existe des quartiers très modernes où l’on croise beaucoup d’occidentaux et des quartiers bien plus populaires, où la nourriture de rue est plus abondante. Nous nous rendons dans de grands marchés où les étals sont approvisionnés de fruits en tout genre, de crustacés et coquillages et de produits autres (tissus, vaisselle, cosmétiques). L’un des grands marchés couverts de la ville se nomme Ben Thanh. Un autre marché, plus ancien, est dénommé Cho Cu ; mais attention, car mal prononcé, cela signifie pénis !

De retour dans les rues : L’heure est à la dégustation

Côté fourchette (ou plutôt côté baquettes)

Comment décrire la street food ? Pas chère, savoureuse, chaude, facile à manger et à transporter, prête rapidement, aromatique. Des femmes vietnamiennes le plus souvent réquisitionnent un bout de trottoir et cuisinent un plat unique pour la journée. Les plats sont très variés : soupes, fritures, brochettes, rouleaux de printemps, sandwich, et même crêpes ! Nous avons goûté quelques spécialités, comme :

Banh Mi

sandwich composé sur une base de baguette plus croustillante et aérée que la notre. Le pain est tartiné avec du pâté ou de la vache qui rit. On peut y mettre du poulet, du thon, du jambon, des oignons, des concombres, de la tomate, de la salade et de la coriandre.

Bánh ống trứng Đài Loan

« Gâteau en forme de tube à l’œuf taïwanais » Il s’agit d’une crêpe très fine avec des graines de sésames, adaptée de la version française, mais plus croustillante, comme un biscuit.

Hu tieu

soupe composé d’un bouillon aromatique, de crevettes, de nouilles, de coriandre, de pousses de soja, de laitue, de céleri, de jus de citron, et pour finir du nuoc mam. Cette soupe tire son nom des nouilles de riz très fines, presque des vermicelles. Le bouillon était délicieux.
Bún bò vien : soupe avec des boulettes de viande, des pousses et germes de soja, de la coriandre longue, des nouilles, du persil. Le bouillon est préparé avec des pieds de cochons pour apporter du goût. La sauce est un mélange de soja et de piment.

Com ga xoi mo

« poulet frit avec du riz » Le riz est cuit avec de l’ail, des oignons, des noix de cajou, et du curcuma. Le poulet est déjà cuit puis frit juste avant de servir. Le tout est servi avec des tomates, des concombres et de la salade.

Bún bò giò heo

« Bol de nouilles avec du bœuf et du porc » Il s’agit d’une soupe avec de la viande de bœuf, des nouilles, un pied de porc, des oignons, de la coriandre, des oignons nouveaux et de la citronnelle. On peut ajouter des pousses de soja et du céleri à volonté.

Phở

Bol de nouilles de riz avec de fines tranches de bœuf, oignon, ail, gingembre, badiane, cannelle, cardamome, girofle, basilic thaï, coriandre longue. Apparemment, le nom Phở provient du pot-au-feu.
La liste est sûrement encore un peu plus longue ! La coriandre et le basilic sont apportés sur la table et peuvent être ajoutés à volonté.

Du coté des boissons

Nuoc mia

« Jus de canne à sucre ». Des cannes à sucres entières passent à travers un mécanisme permettant de les « presser ». On en tire une boisson très sucrée, mais assez bonne lorsque l’on s’habitue à ce goût assez surprenant.

Trà đá

Thé assez souvent au jasmin avec beaucoup de glaçons. Une sorte de thé glacé, mais sans sucre. Assez difficile à boire car très acre. Apparemment, on s’y fait !

Da Chanh

Boisson au citron vert avec du sucre, de la glace pilée ou des glaçons.

Dégustation de sushis à Tsukiji
Les spécialités de Kyoto